Commerçant traditionnel au Luxembourg
Click & Collect
Fiable et rapide
Acheter à LuxembourgArts et divertissementLoisirs et arts créatifsArticles de collectionAutographesMIINDO, VELÁZQUEZ ET QUELQUES FOURMIS - Media art - 4min 50sec - éd. 1/6 - Artiste: Lee Nam LEE

Lee Lee Nam ( artiste média Coréen) MIINDO, VELÁZQUEZ ET QUELQUES FOURMIS - Media art - 4min 50sec - éd. 1/6 - Artiste: Lee Nam LEE

Tous les prix comprennent la TVA et la livraison GRATUITE

Emballage cadeau disponible

  • Possibilité de livraison
  • Commerçants agréés
ARTSKOCO LU

Livraison gratuite 1-2 jours ouvrables

Enlèvement en magasin - "Click & Collect"

Vous enlevez vous-même le produit au magasin, la marchandise est prête pour vous.

Description

Leenam LEE: Miindo, Velázquez et quelques fourmis, Oeuvre d'art digitale, (Media art) ce sont 2 vidéos parallèles, synchronisées, de 4 minutes 50 secondes , intégrées dans deux télévisions LED HD, Samsung de 55 pouces, encadrés (128,5 x 75,5 cm), de l'artiste Coréen Lee Nam LEE. Surface au mur après pose 128.5 x162 cm. Pose assurée par la galerie.
clickez ici pour la vidéo: Miindo

Leenam LEE :
« La ‘Beauté’ (Miindo) de Shin Yun-bok dans les classiques coréens et la robe de la princesse de Velázquez sont inter-changées.
Le changement de vêtements suggère le croisement des cultures au-delà du simple échange d'images.
Un nouveau flux invisible est incarné par les fourmis, et non les humains. Elles agissent comme vecteur du métissage entre les cultures de l'Est et l'Ouest.»

Cette litote de Leenam Lee, contient plusieurs grilles de lecture :

Le métissage culturel s’incarne bien sûr par l’échange de vêtements entre la jeune fille espagnole, et la jeune femme coréenne.

Mais c’est aussi un choc de classes sociales, entre la «princesse et la putain», l’infante Margarita Teresa est fille de Felipe IV, le roi d’Espagne régnant sur le plus grand empire du 17ème siècle, elle sera bientôt mariée au roi soleil, Louis XIV , lui-même le plus puissant des rois de France.
Elle échange sa fameuse robe bleue avec la robe d’une superbe Guisaeng , (Miindo, une beauté en Coréen) , une courtisane, qui appartenait à la classe sociale la plus basse de Corée.

De surcroit, n’était pas la plus libre celle qu’on croit. En effet, la Guiseng pouvait sortir seule , de jour, faire ses courses, voyager, elle vivait dans l’opulence, s’habillait avec extravagance, elle avait des servantes, des admirateurs , elle chantait, dansait, écrivait de la poésie, la GUISAENG était sans doute la seule femme « libre » dans la Corée de Choson, alors que la princesse n’était qu’un corps , celui de la reine , mariée pour des raisons politiques à un homme qui la trompait avec ses maîtresses, et dont la seule fonction était de produire un fils survivant à son père. De là le rapprochement entre les deux femmes, symbolisant l’émergence de la femme libre et puissante, non pas Icône intouchable ou maîtresse libérée, mais Femme libre et mère.

Et puis il y a le rapprochement entre deux peintres qui ont marqué leurs sociétés respectives , par le réalisme de leurs œuvres et peut être par leur secrets respectifs : Shin Yeon-bok, alias Hyewon, aurait été une femme de grand talent , secrètement introduite comme peintre de cour à l’institut royal de peinture, le Dohwaseao, pour retrouver , selon le romancier Jung-Myeung Lee, les meurtriers de son père, qui a donné un film de Jeon Yun-Su, « Portrait d’une beauté » et une série télévisée « le Peintre du Vent » .

Quant à Velázquez, on connait son secret et son attachement à se faire anoblir, titre qui lui a été concédé tardivement. Sa famille de marchands était probablement juive, des « Conversos », et un marchand, fût-il de peintures, a fortiori juif, ne pouvait être anobli.

Enfin il y a comme toujours chez Leenam LEE le caractère inattendu, ici, les fourmis sont à l’œuvre, performantes, travaillant sans ordre apparent à un projet qui les dépasse, à un échange dont elles sont les ouvrières aveugles, comme notre histoire , comme les causes et les effets forment des chaînes infinies sans que nous puissions vraiment les contrôler : Spinoza rencontre Confucius.
Au final, une œuvre au combien contemporaine, célébrant la liberté et l’égalité, la puissance enfin à portée de main pour la moitié féminine de l’humanité.

Partager le produit

Rue Auguste Liesch 5, L-1937 Luxembourg

Heures d'ouverture

Rendez-vous facile sur demande.

Vous surprendre avec l'inventivité poétique des artistes Coréens
Affiches, reproductions et œuvres graphiques Œuvres d'art Woo Choi
Woo Choi
MAUX DE TETE 2016
3 200,00 €
ARTSKOCO
Affiches, reproductions et œuvres graphiques Œuvres d'art Woo Choi
Woo Choi
OBSESSION AVEUGLE 2016
3 900,00 €
ARTSKOCO
Affiches, reproductions et œuvres graphiques Œuvres d'art Woo Choi
Woo Choi
ANGE CONDOTTIERE 2016
3 900,00 €
ARTSKOCO
Affiches, reproductions et œuvres graphiques Œuvres d'art Woo Choi
Woo Choi
MULTIVERS 2016
3 900,00 €
ARTSKOCO
Affiches, reproductions et œuvres graphiques Œuvres d'art Woo Choi
Woo Choi
EMBRES 2016
3 900,00 €
ARTSKOCO
Affiches, reproductions et œuvres graphiques Œuvres d'art Woo Choi
Woo Choi
MUSE 2016
2 800,00 €
ARTSKOCO
Affiches, reproductions et œuvres graphiques Œuvres d'art Woo Choi
Woo Choi
JANUS 2016
1 800,00 €
ARTSKOCO
Affiches, reproductions et œuvres graphiques Œuvres d'art Woo Choi
Woo Choi
PIQUE-TETE 2016
1 500,00 €
ARTSKOCO
Vos questions et remarques